Accueil Tribunes Culture Oh, Culture ! les vœux d’un militant

Culture Oh, Culture ! les vœux d’un militant

 

Il en est « un » qui disait que si on lui parlait de culture il dégainait son pistolet !

Aujourd’hui les choses ont évolué…un peu.

Nouvelles élections, nouvelles municipales, et on pourrait croire à un moment de prise de conscience. Et bien toujours pas, car qui parle de culture ?

Il semblerait que celle-ci demeure  encore et toujours la 5ème roue du carrosse pour rester optimiste.

Et pourtant…pourtant n’est-ce pas la culture qui nous aide à nous épanouir, à nous faire grandir spirituellement et intellectuellement ? N’est-ce pas elle aussi qui nous aide à comprendre le monde qui nous entoure et dans lequel nous vivons ?

Il semblerait qu’elle passe après la sécurité ou la tranquillité mais pourquoi ne pourraient-elles  pas faire bon ménage ensemble ?

Une culture qui nous aiderait à régler les problèmes sociétaux que nous rencontrons. Tous les problèmes !

La culture sous toutes ses formes est un acte réjouissant. Car enfin la culture ne s’apparente-t-elle pas à un commerce, une valeur qui s’expatrie ?

N’est-elle pas un savoir qui se partage, se vend, s’offre à une société démocratique comme la nôtre ?

Au lieu de cela nous voyons les intermittents tourmentés par le MEDEF qui préconise la suppression des annexes 8 et 10 sous prétexte qu’elles mettent en danger l’UNEDIC. (Ce qui est tout à fait faux et cela à été prouvé plusieurs fois).

Pourquoi, aujourd’hui à Toulouse, les auteurs d’art dramatique ne sont pas reconnus alors qu’un vivier d’écrivains talentueux se bat jour après jour pour subsister ?

Pourquoi la danse est laissée pratiquement à l’abandon sans aucun lieu pour accueillir les troupes créatrices de spectacles aériens, tous plus beaux les uns que les autres ? Alors que le cinéma et le théâtre ont pris résidence à peu prés dans tous les quartiers.

La culture dans son ensemble et de façon égalitaire doit retrouver une place fondamentale dans nos villes. Elle doit être le terreau de toutes civilités et respect d’autrui.

Le corps de la culture doit rester entier, pour que tous les publics puissent s’en emparer à chaque instant. Le corps de la culture doit s’étendre du centre de la cité à sa périphérie sans hégémonie en comptant sur la volonté et la sincérité des politiques…

Alors « ne tirez pas sur le pianiste » mais au contraire aidez la culture à remplir son rôle plus vital qu’il n’y paraît.

Pour moi, Antoine Maurice et les candidat-e-s de Toulouse Vert Demain présentent un projet indispensable à la naissance d’une culture du futur, dynamique et globale.

Yvon Victor, acteur culturel toulousain

Laisser un commentaire

*