Accueil Tribunes Une mobilité partagée, l’exemple de l’auto-partage

Une mobilité partagée, l’exemple de l’auto-partage

Lorsque les citoyens s'organisent EELV les soutient.

 

Pour amener notre quotidien vers un monde encore plus respectueux des valeurs que nous défendons, il peut suffire de quelques citoyens se regroupant de manière active autour d'une initiative simple.

Si celle-ci fait écho auprès d'élus à l'écoute, alors peut ainsi naître un beau projet.

Panneau_Toulouse_autopartage

Ainsi, depuis 2009, Toulouse dispose d'un service coopératif d'autopartage crée par les toulousains, par vous peut-être, avec le fort soutien des élus écologistes, à qui il avait été présenté dès fin 2007.

 

De quoi s'agit-il?

Depuis des années les questions de mobilité et transports sont au cœur des préoccupations des Toulousains.

Fort heureusement, la piétonisation progressive du centre ville, la rationalisation des transports en commun et les bonnes pratiques des modes doux (vélo, marche) font évoluer les mœurs vers moins de voiture. L'autopartage est une des briques de ce système.

En effet, il est rare de pouvoir se passer totalement de voiture. Nombreux sont ceux qui en possèdent une pour peu d'usage, qu'ils doivent dès lors payer, garer, entretenir, assurer…. Quels tracas pour si peu!

Alors, la possédant, on l'utilise aussi de trop, au lieu de prendre bus, métro, tram ou vélo quand on pourrait!

 

Ce service permet à toute personne pour qui la voiture n'est pas d'un usage indispensable fréquent, de "louer", d'emprunter pour une heure ou plusieurs jours une des 44 voitures de la coopérative pour quelques euros. Abonné pour moins de 10 euros par mois, on peut la louer à l'heure, pour une somme modique, carburant compris, sans plus se soucier du parking … mais seulement d'en prendre soin, comme si c'était sa propre voiture. Ce qui est d'ailleurs le cas puis qu'il s'agit d'une coopérative!

 

Et le résultat est étonnant!

Pour le particulier, une économie de plus de 2000 €uros par an et pas d'argent immobilisé! La possibilité de choisir à chaque déplacement la voiture la plus adaptée parmi plus de 40 : une petite, une familiale utilitaire, une électrique, une hybride pour ne pas polluer en ville..? Une voiture située en centre ville ou plutôt au terminus du métro si l'on va vers Carcassonne … en effet, à quoi bon perdre du temps dans les encombrements alors que le métro permet de s'y rendre sans soucis!

 

Pour la collectivité, l'environnement, l'espace urbain occupé, c'est aussi tout bénéfice : il est établi que pour chaque voiture d'autopartage mise sur une station réservée en ville (proche des nœuds de métro et de bus) 8 à 10 voitures disparaissent de la ville, puisque leurs propriétaires les ont vendues ou mises à la casse.

 

Cette nouvelle forme d'usage, partager sans avoir à posséder, commence à être connue et s'est si bien répandue dans le pays que l'on peut maintenant, sans autre besoin d'adhésion, aller en train ou en covoiturage dans plus de 30 villes en France, y utiliser de telles voitures partagées pour les déplacements locaux, puis revenir par les même moyens. Une grande tranquillité.

 

Monter ce projet a certes demandé beaucoup de ténacité à un petit groupe de personnes qui pouvaient passer pour de gentils amateurs, franchir les barrières administratives, faire avancer des idées trop novatrices et pas encore passées dans les mœurs… En prenant les risques liés à la création de la coopérative, ces citoyens ont heureusement trouvé écho en tout premier lieu auprès des élus écologistes qui ont su sentir cette évolution indispensable et compris que ces risques initiaux devaient être partagés par la collectivité.

 

Grâce à quoi, depuis 4 ans, près de 400 voitures ont disparu du centre ville. Pas si mal! Presque 2 kilomètres de trottoir libérés! Et des tonnes de CO2 en moins …. sans l'intervention d'aucun groupe industriel prédateur. Juste avec nos propres forces!

 

Vous avez certainement vous aussi des idées, alors parlez en et nous construirons à vos cotés. Ce type de démarche est reproductible pour tant de choses!

Dominique Platon

Candidat sur la liste Toulouse Vert Demain venant de la société civile.

Laisser un commentaire