Accueil Tribunes Petite histoire urbaine de Toulouse

Petite histoire urbaine de Toulouse

Il y a un million d'années, les premièr-e-s «Toulousain-e-s » découvrent le gué du Bazacle sur la Garonne.

Tholossa, la ville des origines

Il y a 3000 ans, les agriculteurs ont construit un village. Comme la plupart des peuples méditerranéens, ils ont choisi un site selon leurs critères culturels : c'est l'actuelle Ile de Tounis. La Garonne limite ainsi leur village et ils se nourrissent grâce aux terres maraîchères très productives du confluent de l'Hers et de la Garonne.

Puis ce fut la ville impériale PALLADIA TOLOSA. PALLADIA est le qualificatif que lui donna l’empereur romain Domitien (entre les années 51 et 96 de notre ère) du fait de l’harmonie urbaine de la ville, plaçant ainsi TOLOSA sous la protection de Pallas-Athéna, déesse de la sagesse. La ville est circonscrite dans de puissants remparts de brique rouge chantés par Ausonne au 3 ème siècle.

Tolosa, la ville du Moyen Age

Du Moyen Age à la Renaissance, ce fut la « Tolosa Mondina », riche république marchande gouvernant le « país Tolzan » ayant formalisé les concepts de Paratge et Convivéncia (équité et vivre ensemble).Tolosa suit le modèle de la ville concentrée à l’intérieur de ses remparts, clairement dissociée de l’espace agricole qui la circonscrit.

tolosa1

L'agglomération actuelle de Toulouse est directement héritée de ce Moyen Age qui a façonné nos paysages de façon lisible en dissociant nettement la ville et la nature. Ce modèle a façonné notre regard sur le cadre de vie, et c'est en cela qu'il a été un modèle culturel.

 

Etalement urbain moderne

Depuis 50 ans, ce modèle a été battu en brèche. La révolution de l'énergie et des transports  a rompu ce lien étroit entre la densité de la ville et la densité de la nature environnante.

A quoi bon économiser un espace maraîcher et agricole devenu moins indispensable?

Lorsque les remparts de Toulouse sont abattus, lorsque les barris (les faubourgs) franchissent le canal du midi, aucune nouvelle limite ne vient matérialiser la rencontre du bâti et du non bâti pour construire le paysage.

C'est l'étalement urbain qui est étroitement lié aux déplacements individuels par la voiture. Il étire l'urbanisation autour des routes, dans un allongement sans fin qui tend à agglomérer les villages ou les villes les uns aux autres.

De proche en proche, tout devient constructible. Dès lors pourquoi faire dense?

Pourquoi se coller à son voisin si l'on peut s'offrir un espace de nature dans son jardinet tout autour de sa villa ?

Effet banlieue

L'étalement urbain s'opère alors prioritairement autour des routes en fragilisant le paysage, en dissolvant la forme urbaine et en grignotant l'espace agricole et naturel.

Laisser maisons et hangars se brancher indéfiniment sur les routes, c’est le degré zéro de l’urbanisme. C'est brouiller l’identité des villes et des villages dans un effet de banlieue généralisée.

C’est la notion même de la ville qui disparaît.

C'est alors que le mouvement écologiste commence à prendre corps dans la société toulousaine.

Tel est de défi que veut relever Toulouse Vert Demain pour mettre fin à l'étalement urbain et planifier à l'avenir la reconquête des franges urbaines de notre agglomération.

Jean Charles Valadier – adjoint maire de Toulouse

Laisser un commentaire

*