Accueil Tribunes La vidéo surveillance, le vrai du faux

La vidéo surveillance, le vrai du faux

photo

Infographie réalisée par les Jeunes Écologistes pour démêler le vrai du faux sur la vidéo surveillance.

Plus d'info sur la campagne des Jeunes Écologistes sur leur site Jeunes-Ecologistes.org

 

1 commentaire(s)

  1. C’est en partie vrai.

    Cependant il y a aussi des raisons de ne pas refuser ce moyen parmi d’autres.
    Il est intéressant notamment de développer des poles de tranquilité, notamment dans des quartiers sensibles, autour de lieux de rencontres : transports, services publics, centres culturels et sportifs. Je me sens plus rassuré de sortir ma carte bleue pour prendre un velotoulouse la nuit depuis qu’il y a des caméras place anthonioz de Gaule. De même les commerçants sont rassurés et leur activité renforcée, ce qui est important pour le quartier. J’ai également pu voir les effets bénéfiques des caméras au centre Alban-Minville, qui est devenu fonctionnel et qui permet des échanges, plutôt que la peur et la surveillance des entrées extérieures.
    Enfin, cela diminue les incivilités, les rodéos etc. en complexifiant la tache des provocateurs. On ne peut pas laisser le sentiment d’impunité s’installer. Certes cela déplace la délinquance, mais ainsi lorsqu’il faut agir en surveillance et en répression, c’est plus facile, autour des zones surveillées.

    Bien sûr cela n’est pas en soi une politique, et vient finaliser une politique d’éducation, sociale, de sécurité plus générale.

    Il n’est pas non plus question de couvrir la ville avec ces instruments, il faut faire un bilan cout-avantages. Sur ce point Moudenc va donc trop loin, et Cohen est un peu timide, même s’il a une position de principe proche de la mienne. Je ne suis donc pas en accord sur ce point avec EELV…

    C’est un des débats des élections municipales.

    http://lebavost.wordpress.com/2014/03/11/elections-municipales-2014-toulouse-quels-resultats-attendre/

Laisser un commentaire

*